Le petit conseiller généreux mais confiné !

éditorial du n° 211

Sous les pavés, pas de plage...

LPCG n° 211

Aucune cohérence entre les annonces : obligation de porter un masque mais uniquement dans les transports à partir du 11 mai. Pas de rassemblement de plus de 10 personnes sauf dans les classes qui pourront accueillir 15 élèves. Et l’on redécouvre le bien-fondé des services publics de proximité. A charge pour les collectivités, étranglées financièrement depuis plusieurs années, de mettre tout en œuvre pour masquer l’urgence sociale et faire oublier l’incurie de l’État.

Les services départementaux se préparent également au déconfinement. A part le couac sur les congés obligatoires, la gestion de cette période compliquée se fait plutôt en bonne intelligence, avec une volonté de concertation avec les organisations syndicales. Le directeur général nous a assurés que le Département ne lésinerait pas sur les moyens mis en œuvre pour assurer la sécurité sanitaire des agent·es. Des mesures de compensation pour les personnels les plus exposés (parmi lesquels les assistantes familiales) sont à l’étude.

Dans la phase de préparation à l’après-11 mai comme dans sa mise en œuvre, SUD sera aux côtés des agent·es pour que chacun·e puisse trouver sa place, en présentiel, en télétravail ou en ASA Covid dans les meilleures conditions.

Mais si l’heure n’est pas à la polémique, nous n’oublions pas le contexte de tensions sociales dans lequel est survenue cette crise. Le 1er mai sera l’occasion pour les travailleurs et travailleuses du monde entier touché·es par cette pandémie de manifester pour le retour à une économie réelle, équitable et durable où les services publics retrouveront toute leur place.

Annonces

  • PNG