LPCG n° 194 : dialoguons, dialoguons !

éditorial du n° 194

LPCG n° 194

Le 16 janvier dernier, le président du Département recevait les organisations syndicales pour, entre autres, dresser le bilan et les perspectives des relations partenariales dans la collectivité.

Comparée à d’autres départements (Côtes-d’Armor et Nord, par exemple), la situation en Ille-et-Vilaine est plutôt favorable à la discussion. On nous le fait régulièrement remarquer et SUD le reconnait sans problème.

En 2016, 50 réunions partenariales ont eu lieu sur des sujets aussi divers que la réorganisation, la qualité de vie au travail, la mise en place des services civiques ou encore l’égalité femmes/hommes…

Cependant, il ne suffit pas de clamer « dialogue social » pour que celui-ci soit réel :
- comment créer en effet de bonnes conditions d’échange quand, lors de certaines réunions, nous n’obtenons les documents qu’au dernier moment ou sur table ?
- trop souvent, lorsque nous proposons des cahiers revendicatifs travaillés avec les agents ou des alternatives aux projets de l’administration, nous nous heurtons à l’intransigeance de nos interlocuteurs.
- ou alors, l’administration organise à sa manière des réunions avec des agents – désignés volontaires ou tirés au sort – sans même tenir compte de leur expression si celle-ci ne cadre pas avec le scénario envisagé. Cette pseudo-démarche participative pour légitimer son projet et contourner la consultation des syndicats est l’expression d’une bien curieuse conception du dialogue !

La charte du dialogue social annoncée par le président permettra-t’elle de rectifier le tir ?

Toutefois, quelles que soient les propositions, on ne doit pas attendre de SUD une complaisance ou une neutralité de confort. Seules la confrontation d’idées et la négociation sont sources de progrès.

Annonces