désert médical : à Beauregard aussi !

Ce ne sont pas seulement les campagnes françaises reculées qui subissent le triste phénomène de la pénurie de médecins... Au Conseil Général, en quelques mois, les 3 médecins de prévention ont eux aussi quitté leur poste !
tract

A SUD, nous refusons de voir dans ce mouvement général une simple coïncidence !

On ne quitte pas massivement un travail a priori motivant, situé dans un quartier attrayant de Rennes, par hasard... Ces départs à répétition mettent le Département dans l’incapacité de remplir ses obligations en matière de surveillance médicale de ses agents.

SUD s’inquiète des conséquences concrètes sur le suivi de la santé du personnel, le suivi des actions de prévention des risques physiques et psychosociaux, dans lesquels nos collègues médecins s’impliquaient sérieusement.

Comment accepter que cette mission, dont la charge s’était déjà considérablement accrue en 4 ans, grimpant de 1 646 effectifs réels pris en charge en 2007 à 2 394 en 2011 (+ 45%), passe brutalement de 3 personnes (2,2 équivalents temps plein) à 0 !

Oui, ces 3 départs nous interrogent !

On nous invoque volontiers la difficulté de recruter des médecins de prévention (c’est pourtant un travail varié...) mais, pour SUD, la vraie difficulté réside surtout dans l’impossibilité de garder celles et ceux qui étaient en place en leur assurant un encadrement à l’écoute et à la hauteur ! Les membres du CHS apprendront-ils de futurs recrutements de médecins dans le prochain numéro d’Iloe ?

N’est-il pas urgent de questionner la nature du management de l’équipe de l’ESSAT (Environnement Social et Santé au Travail) et son encadrement ?

Le suivi de notre santé au travail est en jeu !

SUD demande depuis longtemps pour la médecine de prévention un rattachement direct auprès de la Direction générale. Ce rattachement serait gage pour nous :
- d’un fonctionnement plus serein,
- de moins d’inertie dans le traitement des dossiers,
- de préconisations davantage suivies d’effets,
- de médecins respectés qui bénéficient de la confiance et de la discrétion requises dans un tel travail.

A SUD nous préférons le serment d’Hippocrate aux sermons d’hypocrite !

Annonces