Jacques, éducateur de l’ASSPE de Nantes, assassiné : message de soutien et actions de la section Sud Départementaux 35

Malgré des délais extrêmement courts, une quarantaine de collègues de différents services ont répondu aujourd’hui à l’invitation de Sud adressée aux agents de service social pour échanger après l’assassinat de Jacques, éducateur de l’ASSPE à Nantes.

Suite à cette rencontre, aux réflexions, aux témoignages forts et au besoin d’une expression autour de ce drame, il a été décidé de transmettre le message de soutien ci-dessous aux collègues de l’ASSPE de Nantes et de lancer des actions pour les semaines à venir.


message de soutien

Rennes, le 2 avril 2015

Aux salarié-es de l’Association du Service
Social de Protection de l’Enfance de Nantes

Chers collègues,

C’est avec une grande émotion que nous avons appris l’assassinat de votre collègue Jacques le 19 mars dernier. Ayant besoin de se retrouver et d’en parler, nous avons réuni des travailleurs sociaux du CG35 ce jour. Aussi, nous vous témoignons de tout notre soutien dans cette douloureuse épreuve.

Beaucoup d’agents du Conseil général d’Ille-et-Vilaine sont consternés à plusieurs titres :

Ils sont peinés pour l’entourage, famille, collègues, amis de Jacques et ne peuvent imaginer la douleur et le choc que vous subissez.

Ils sont, en quelque sorte, traumatisés par ce drame qui fait résonnance et ils réalisent ce qu’ils endurent et acceptent en silence au quotidien (agressions, verbales, voire physiques, pressions…).

Ils sont en colère du peu de retentissement dans l’opinion public, de la relégation aux bancs des faits divers, voire à la banalisation car ce serait le risque du métier.

Nous avons décidé ensemble de lancer un mouvement de grève le 19 mai pour tous les agents du conseil départemental d’Ille-et-Vilaine (travailleurs sociaux, mais aussi agents d’accueil, secrétaires, auxiliaires de puériculture, puéricultrices, infirmières, sages-femmes, psychologues, médecins, cadres, assistantes familiales…) et l’élargir en intersyndicale sur les autres secteurs du 35 (hospitalier, associatif,…).

Deux mois après ce drame, nous voulons :

  • saluer la mémoire de Jacques, travailleur social, ne pas l’oublier et rappeler qu’il a été assassiné en exerçant son métier ;
  • vous témoigner de notre solidarité ;
  • interpeller nos employeurs pour dénoncer les conditions dans lesquelles des salariés du social et médico-social travaillent, tout métier confondu ;
  • interpeller les pouvoirs publics sur leur responsabilité dans l’évolution de la société (délitement du lien social, violence, intolérance…) et les conséquences de leurs politiques de restrictions budgétaires sur nos missions en particulier.

Solidairement, au nom de notre section et des agents réunis ce jour.

Annonces