communiqué unitaire contre les attaques d’extrême-droite du 23 février 2022 à Rennes

Mercredi 23 février à l’Université Rennes 2, le collectif S’unir face au fascisme invitait Raphaël Arnault de La Jeune Garde Lyon et des membres de Nous Toutes 35 pour parler de lutte antifasciste. Cette soirée était soutenue par la coordination antifasciste rennaise dont font partie de nombreuses organisations politiques, syndicales et des collectifs de lutte rennais.

Cette soirée a été un succès avec plus de 200 personnes présentes et des discussions riches et constructives autour de la stratégie antifasciste de masse et la construction d’un front uni contre le fascisme. Nous en ressortons avec des perspectives de lutte réjouissantes.

Cependant, dès l’arrivée à la gare de Rennes de Raphaël Arnault, nous avons dû faire face à des menaces sur les réseaux sociaux de militants d’extrême droite. Mais, grâce à la mise en place d’un service d’ordre efficace et à la solidarité des camarades de la CGT cheminot et de Sud Rail, l’arrivée à l’université s’est déroulée dans le calme.

Au cours de la soirée quatre militants fascistes de l’Action Française ont tenté de pénétrer en criant « Vive le Roy ! Vive Zemmour ! » dans l’amphithéâtre dans lequel se déroulait les discussions. Ils ont heureusement été stoppés et chassés par l’action du service d’ordre et de participant·es à la soirée qui ont fait preuve de réactivité. Trois camarades ont cependant été légèrement blessé·es lors de cette tentative d’intrusion. La soirée s’est malgré tout déroulée jusqu’à son terme, tout le monde a pu sortir collectivement et rentrer chez soi tranquillement.

Plus tôt dans la journée des fascistes se revendiquant de Zemmour avaient déjà attaqué des camarades de Lutte Ouvrière en train de tracter devant le lycée Victor et Hélène Basch. Un camarade a eu la pommette fracturée suite à des coups de poing.

Nous ne pouvons pas rester passif.ves face à ces violences. Elles résultent de la montée de l’extrême droite en France et de la banalisation des discours racistes, sexistes, islamophobes et antisémites. La campagne présidentielle avec les candidatures Zemmour et Le Pen, la complaisance des médias, et de leur financeurs comme Vincent Bolloré, envers ces candidat·es et leur alliés favorisent la banalisation de ces discours. Des groupuscules fascistes ont le sentiment de pouvoir agir en toute impunité. Nous devons leur prouver que ce n’est pas le cas et qu’on ne les laissera jamais faire.

Tout cela nous conforte dans la nécessité d’un mouvement large contre le fascisme, l’extrême-droite et ses idées. À nous de construire un cadre unitaire pour répondre collectivement à leurs idées et leurs pratiques violentes. Nous ne leur laisserons jamais la place !

Signataires : S’unir face au fascisme, UCL Rennes, Nous Toutes 35, FSU 35, Solidaires 35, Solidaires Étudiant·es Rennes, NPA Rennes, CNT 35, Jeunes Communistes 35, UTUD, Sud Rail Bretagne, CDKR, Sud Éducation 35, FSE Rennes, CGT FATP 35, Fédération Anarchiste La Sociale

Annonces